Gore story (Gilles Bergal)

Fabien Chevriez est l'auteur à succès de la série sanglante des Bloody Marie. Après 37 opus, il décide de liquider son personnage pour passer à autre chose. Mais quelqu'un ne l'entend pas de cette oreille, quelqu'un semble vouloir que le romancier ressuscite la belle héroïne. Fabien n'en démord pas, il n'écrira pas de nouveau tome, même après avoir été (presque) agressé par un fan un peu dérangé sur un salon. Puis vient le premier meurtre, celui de Noémie, attachée de presse et maîtresse occasionnelle de l'auteur. Ensuite, un autre crime, celui d'un ami de Fabien. A chaque fois, les massacres sont calqués sur ceux décrits dans les romans. Qui est assez dingue pour agir ainsi ? L'auteur et le commandant Consuela Lopez vont chercher à le découvrir, tandis que dans l'entourage du romancier, les assassinats s'enchaînent.

Gore story est un trash veine douce si l'on peut qualifier ainsi un roman de cette maison d'édition. Avec un vague relent de "Misery" de Stephen King vite oublié et une petite et somme toute sympathique critique sous-jacente du milieu littéraire, il nous conte surtout une enquête, ma foi, bien menée. Au fil des pages, on se fait une liste de suspects et l'envie de savoir qui est le meurtrier nous entraîne jusqu'au bout de l'histoire. A priori, la fin me laissait un goût de "trop facile", mais le tout dernier paragraphe vient la rehausser d'un coup.

Le numéro 15 de la collection est donc une lecture à conseiller à tous ceux qui hésitent à se lancer dans le trash, l'occasion de découvrir le genre avec un récit plein de rouge, mais pas trop.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.