Voyage au bout du jour (Béhémoth)

Philippe craque à son boulot et est envoyé en vacances par son patron. Il part en Bretagne, puis décide de se rendre sur l'île d'Ouessant avec Liane, une jeune fille un peu paumée qu'il vient de rencontrer. Là-bas, il loue une maison isolée. S'il ne sait pas trop ce qu'il espère retirer de son séjour, il ne sait pas non plus qu'il va rencontrer l'horreur. Depuis son arrivée, une pieuvre géante s'en prend aux imprudents qui croisent sa route pour les déchiqueter. Mais l'horreur se tapit-elle uniquement sous l'eau ? Et que vient faire dans l'histoire ce navire peint en noir qui semble suivre Philippe ?

Je connais plus fan que moi en ce qui concerne Kââ/Corsélien/Béhémoth, et qui vous en parlerait bien mieux que moi. Mais sans être une fan absolue, je prends toujours beaucoup de plaisir à le lire. Son style inhabituel, que je n'arrive jamais à vraiment qualifier, m'entraîne et je n'ai pas envie de lâcher mon livre. Pourtant, je sais que ça finira mal, car il y a dans l'écriture de l'auteur, une signature funeste pour ses personnages, que l'on retrouve à chaque fois (en tout cas, sur les quelques titres que j'ai lu). Une sorte de dépression, de désespérance, et d'inéluctabilité, parcourt ces lignes, nous donne l'impression que tout est vain, que tout est déjà fichu alors que le récit n'est même pas encore commencé. C'est peut-être ça qui me plaît surtout, ce côté sombre qui colle à ce que j'aime lire et écrire. Quand je fait défiler les pages, cette impression qu'il n'y a rien de bon nulle part m'inspire presque.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.