Symphonie pour l'enfer (Alain Venisse)

Après un prologue où un jeune voleur à la tire fait le mauvais choix de rapt et termine dans le néant, on découvre Gary, chineur amoureux de vieux vinyles ayant repéré une boutique jusqu'alors inconnue. A l'intérieur, il découvre une partition qu'il ne peut s'empêcher d'acheter alors même qu'il ne connaît rien au solfège. Le soir, avec son amie Lucie, il se rend chez son ami Carlos où à l'étonnement général, il se révèle capable de jouer la mélodie. L'air qui s'échappe de l'instrument est tellement dérangeant que Lucie l'interrompt et sort Gary d'une sorte de transe. Petit à petit, le jeune homme tombe sous l'emprise de la partition. La jouer a un but qu'il n'a de cesse de vouloir découvrir.

Une inspiration lovecraftienne pour ce roman puisqu'on y découvre Cthulu et autres grands anciens, mais je ne peux en dire plus sur l'influence puisque je n'ai jamais lu Lovecraft. En tout cas, l'histoire est plaisante à lire, suffisamment entraînante que pour garder les yeux sur le livre jusqu'au bout. La fin en forme de boucle conclut pas trop mal le récit, même si j'aurais espéré un dénouement moins convenu.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.