Le Dieu sans nom (Serge Rollet)

Recueil de nouvelles, « Le dieu sans nom » explore d'abord quatre histoires d'inspiration lovecraftienne.

La première qui offre son titre générique au livre raconte les mésaventures de Yann Martens. Après avoir découvert un temple enfoui dans les profondeurs de la jungle, il est contacté par une mystérieuse organisation qui lui déclare qu'il a réveillé une puissance dont il n'a aucune idée. Voilà Martens entraîné dans une lutte dantesque conte le Dieu sans nom.

Dans « L'ennemi ancien », on se retrouve au Vietnam. Un groupe de soldats américains est chargé de retrouver une patrouille disparue. Accompagné de Truong, un guide local, enrôlé contre son gré, ils pénètrent dans la jungle malgré les avertissements. Bientôt, une créature étrange se met à déchiqueter les militaires.

« L'ombre des docks » nous narre comment Horace MacLane découvrit une île inconnue avec en son sein une grotte et un trésor, puis l'acheminement du coffre d'or vers Londres. Mais il est périlleux de violer certaines sépultures vouées à rester inconnues des hommes.

« Baphomet » nous ramène dans des terres françaises. Le protagoniste est un pilleur de monuments abandonnés. Par hasard, il découvre un site archéologique qui renferme la tombe d'Enguerrand de Missac. Au-dessus de cette tombe, une statue, une sorte d'aigle hybride. Avec son complice antiquaire, il trouve un acquéreur, et dérobe l'objet. Ce n'est qu'une question de jour pour que le collectionneur vienne chercher son trésor. Oui, juste quelques jours.

Ensuite viennent six récits totalement différents, six déclinaisons de la palette de Serge Rollet, mystérieuse, drôle, ou décalée.

Le portrait : ici plus question de créatures lovecraftienne, nous découvrons un jeune homme dans son nouvel appartement. Et au mur de celui-ci, un portrait saccagé. Après avoir nettoyé la toile, Christian se trouve face à la reproduction d'une femme magnifique. Et quand cette beauté s'invite chez lui, comment résister au désir.

L'étranger : l'homme est terré chez lui. Sans savoir comment, il se retrouve dans un monde inconnu et dangereux Pourquoi est-il arrivé là ? Quelles sont ces bêtes étranges dehors ?

Conte de poivrot : un gars dans un bar qui écoute un vieux poivrot pour passer le temps. Et ce dernier lui raconte l'histoire abracadabrante d'un chat qui a sauvé le monde.

Le grand tirage : quand Pluton disparaît, le monde ne s'inquiète pas. Quand Saturne disparaît, on commence à s'interroger, mais quand Mars se fait la malle également, on s'inquiète franchement. Et puis c'est quoi ce supposé message extraterrestre capté par les ondes ?

Les successeurs : dans une pyramide antédiluvienne, le dormeur vient de s'éveiller après des millénaires de sommeil. A l'extérieur de la pyramide, ceux qui l'ont mise à jour s'efforce de la sortir complètement de terre. Et le dormeur espère que ceux qui ont pris la suite de son peuple viendront bientôt le délivrer.

Les quatre saisons de l'apocalypse : le dernier survivant, celui qui a échappé au virus des étoiles, nous propose son journal dans lequel, il raconte sa nouvelle vie, comment il apprend à vivre seul, à se débrouiller, ses coups de cafards. Le tout au rythme des saisons.

 

Dix nouvelles, toutes excellentes. Bien sûr, j'ai mes préférées. Dans les lovecraftiennes, c'est la première qui m'a emportée, peut-être parce qu'elle est plus longue et qu'on a donc plus de temps pour s'y plonger à la suite des personnages. Dans les six autres, je dois dire que j'ai vraiment beaucoup aimé la dernière. Voilà, je n'en cite que deux, mais toutes sont (très) agréables à lire.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.