Chroniques martiennes (Ray Bradbury)

Les  premiers mots qui me sont venus à la lecture des premiers textes furent : "c'est beau". Et durant tout le recueil, ils sont restés à mon esprit. Et c'est la manière la plus juste de qualifier "Chronique martienne". Une suite de nouvelles démarrant leur chronologie littéraire en janvier 2030 pour aboutir en octobre 2057. S'il s'agit de nouvelles, un fil rouge se retrouve tout au long des pages et des récits, et nous suivons la découverte de Mars avec la rencontre du peuple l'habitant et leur vie quotidienne, puis viennent les premières expéditions terriennes, et les suivantes. De plus en plus, tandis que la civilisation première disparaît presque complètement, et que les terriens deviennent les nouveaux martiens. Jusqu'à ce que la Terre se détruise de son humanité pervertie, que les colons y retournent pour, peut-être, tenter de la sauver, pour y retrouver ceux laissés derrière au moment du voyage. Et Mars et la Terre se retrouvent finalement désertées, mortes toutes deux, habitées par de si rares survivants. Les derniers êtres humains emplis d'une foi dans un nouvel avenir, meilleur.

De la science-fiction puisque cela parle d'autres planètes, d'autres créatures que terrestres, mais en même temps ça n'en est pas car s'il s'agit de Mars, il s'agit surtout d'une Mars fantasmée, une planète rêvée et impossible physiquement parlant, un monde poétique. Un mélange des genres magnifique pour une lecture qui fait du bien.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.