1984 - Georges Orwell

1984, paru en 1950 nous brosse le portrait d'un monde futuriste, véritable dystopie aux relents de notre époque moderne. Le récit en devient effrayant car trop proche de nos vies. Trois super puissances, toujours en guerre, se partagent la terre. L'histoire nous fait suivre le quotidien de l'une d'entre elle, plus particulièrement le destin de Winston, citoyen affecté à la réécriture du passé. Mais Winston a du mal à totalement s'intégrer au "bien-pensant" imposé. Dans cette société où il n'y a plus de lois, mais où, pourtant, tout est interdit, le héros commence à se poser de plus en plus de question. Sa rencontre avec Julia, jeune femme rebelle, va précipiter les choses et l'homme va s'enfoncer dans l'activisme révolutionnaire pour découvrir au bout que tout est vain.

Si le quotidien brimé du peuple est déjà effrayant, la troisième partie qui propose un panorama long de tortures diverses l'est encore plus. On ne torture pas pour avoir des informations, mais juste pour briser. Pour une idéologie qui n'est qu'une fumisterie et à laquelle ne croient même pas ceux qui détiennent le pouvoir. On se rend compte, en même temps que le protagoniste principal que la manipulation va au-dela de ce qu'on pensait.

Quand on referme le livre, on éprouve un frisson. On songe aux parallèles et on ne peut éviter de comparer. Et on se pose des questions. Est-on vraiment aussi loin d'un tel système ? Les dérives poussées à leur paroxysme dans le roman, ne sont-elles pas déjà en germe dans notre société ? En germe ou même installées. On ne les remarque pas trop, mais quand soudain on y pense, on peut avoir peur.


 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.