La jeunesse de Thorgal tome 3 : Runa

Je suis Thorgal depuis ses débuts dans l'hebdomadaire Tintin en 1976. J'étais une petite fille alors et j'avais été subjuguée par le beau héros nordique et les premières pages de ses aventures : le rocher du sacrifice, la belle Aaricia, son père cruel et fou. J'étais ferrée. Quarante ans plus tard, Thorgal continue. Van Hamme a cessé le scénario, une période de flou s'en est suivi, des séries parallèles ont commencé, et moi, je reste fidèle malgré les déceptions des dernières années. 

Dans ce tome trois de la jeunesse de Thorgal, on retrouve notre héros toujours calé dans la période qui prend place entre le tome 14 de la ssérie principale (Aaricia) et le tome un (la magicienne trahie). Depuis l'aventure précédente, les deux personnages ont un peu vieilli. Aaricia semble à cheval entre l'enfance et l'adolescence, ses réactions et comportements prenant une fois dans les manières d'un âge, une fois dans l'autre. Thorgal, lui, a le physique d'un jeune adulte. J'ai apprécié reconnaître les traits évoluant vers ceux des premiers tomes. 

L'histoire nous conte les manoeuvres de Gandalf pour marier sa fille au meilleur parti qui soit, alors que de leur côté, Thorgal et Aaricia tentent de le contrer. Première apparition de Fural, le bel étalon noir qui sera le compagnon du héros au départ de ses aventures. Et arrivée d'un nouveau personnage, Runa, vierge guerrière aux desseins troubles.

Un bon opus de cette série dérivée. Yann au scénario a trouvé ses marques et nous propose des aventures proches de l'esprit Van Hamme sans plus les excès de ses premières tentatives. Surzenkho nous livre son habituel dessin de qualité qui nous replonge dans le trait de Rosinski avant la couleur directe.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.