La planète des singes : les origines

Ayant acquis le coffret contenant les huit films de la franchise paru depuis 1968, j'ai commencé mon visionnage par le premier épisode de la trilogie (troisième prévu courant 2017) actuelle. J'en avais vu des morceaux plusieurs fois, parfois des longs morceaux, mais je ne l'avais jamais regardé du début à la fin, le chopant à chaque fois en cours.

Cette série est un de mes plus gros souvenirs d'enfance, et tout le monde sait comme il est difficile de lutter contre les amours d'enfance en matière de cinéma. J'avais d'ailleurs peu apprécié la version de Tim Burton au début des années 2000. Mais pour le coup, ce reboot est convaincant. L'histoire reprend en gros les bases du quatrième opus des anciens films et narre l'émergence de l'intelligence simienne, puis la révolte, et l'indépendance. Will est chercheur, son père souffre d'Alzheimer, et le jeune homme tente de trouver un remède. A cette fin, il utilise des singes pour tester un nouveau produit qui semble donner des résultats spectaculaires. Mais lors de la conférence qui lui aurait permis de lancer le médicament à grande échelle, la femelle chimpanzé, dans une crise d'agressivité incompréhensible, ruine les espoirs de Will. Convaincu que le produit est dangereux, on lui retire ses crédits et on euthanasie les cobayes. Will découvre un bébé dans la cage de Beaux-yeux, la femelle devenue incontrôlable, il comprend qu'elle ne faisait que défendre son petit, et que le produit n'est pas en cause. Il ramène le singe chez lui et le prénomme César qui grandit en montrant des signes d'intelligence précoce. Persuadé d'avoir trouvé le remède pour son père, il le lui injecte, et les résultats sont rapides et impressionnants. Durant quelques années, tout se passe au mieux, mais un jour le vaccin ne fonctionne plus. Will, de retour dans la société de recherche, en fabrique une nouvelle version, tandis que César, suite à une attaque sur un voisin pour défendre le père de Will se retrouve dans un refuge surveillé par un jeune sadique. Tout est en place pour les prémices de la révolte.

Un film aux personnages attachants, aux singes bien faits, bien que je les aie parfois trouvé peu naturels, de jolis effets spéciaux, une histoire qui se tient. En bref, j'ai pas boudé mon plaisir.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.